Comment immatriculer un véhicule destiné à l’étranger ou l’outre-mer ?

Allemagne – Autriche – Belgique – Bulgarie – Chypre – Croatie – Danemark – Espagne – Estonie – Finlande – France – Grèce – Hongrie – Irlande – Islande – Italie – Lettonie – Liechtenstein – Lituanie – Luxembourg – Malte – Norvège – Pays-Bas – Pologne – Portugal – République tchèque – Roumanie – Royaume-Uni – Slovaquie – Slovénie – Suède

  • Guadeloupe
  • Guyane
  • Martinique
  • Mayotte
  • Réunion
  • Nouvelle-Calédonie (statut particulier)
  • Polynésie Française
  • Saint-Barthélemy
  • Saint-Martin (partie française)
  • Saint-Pierre-et-Miquelon
  • Terres australes et antarctiques françaises (statut particulier)
  • Wallis-et-Futuna

Si vous achetez un véhicule dans le but de l’exporter à l’étranger ou l’outre-mer, les démarches à effectuer seront différentes selon que le véhicule est neuf ou d’occasion. Vous devrez cependant dans tous les cas obtenir un certificat d’immatriculation (ex-carte grise).

Vous devez demander une immatriculation provisoire et obtenir un certificat d’immatriculation provisoire (CPI) en WW. La demande doit se faire à la préfecture de votre choix et doit être réalisée sur place.

Ce certificat est valable un mois et vous permettra de circuler jusqu’à votre sortie du territoire national.

Pour circuler dans le pays de destination du véhicule neuf, vous devez vous renseigner auprès du consulat de ce pays avant que le véhicule ne quitte la France.

Si vous avez fait en France l’acquisition d’un véhicule d’occasion destiné à l’étranger ou l’outre-mer, vous n’êtes pas obligé de le faire immatriculer à votre nom avant de partir à l’étranger ou dans un département ou territoire d’outre-mer.

Vous pouvez utiliser le certificat d’immatriculation de l’ancien propriétaire revêtu de la mention « vendu ou cédé le… » pour effectuer les formalités douanières.

By | 2017-12-17T11:10:52+00:00 décembre 17th, 2017|